Category Archives: Non classé

50 ans de SF – les meilleurs films de Science-Fiction

La Science-Fiction, qui depuis l’enfance et mes premières lectures de Jules Verne, me fait voyager, réfléchir, imaginer, analyser, rêver et me permet d’avoir le recul nécessaire pour tenter de “penser” l’humain dans la globalité de son évolution, est certainement un des moteurs essentiels dans ma volonté de m’interroger sur son avenir proche et de partager ces interrogations.

Cette rétrospective est une sorte d’hommage au genre, en espérant vous donner l’envie de voir les films que vous auriez manqué, et revoir les films qui vous auront marqué.

Montage vidéo par zyxamo.

Choisissez ici, sur pnyx, vos films de SF préférés dans chacune des séries.

Vidéo par zyxamo.

Votez pour le meilleur film de Science Fiction

Réalisation zyxamo

–> la liste de tous les films présents dans les vidéos

Lequel préférez-vous ?

Quelle évolution pour l’espèce humaine ?

evolution darwin

A l’occasion des 150 ans de la publication de “On the Origin of Species” de Charles Darwin, le site du National Geographic publie un intéressant article sur l’avenir de l’humanité, vu d’un point de vue évolutif :

FUTURE HUMANS: Four Ways We May, or May Not, Evolve , par James Owen.

L’Evolution avec un grand “E”, telle que décrite par Charles Darwin, a-t-elle encore un effet sur l’homme ? celui-ci continue-t-t-il à évoluer selon le principe de sélection naturelle ?

Ou bien est-il condamné à rester tel qu’il est aujourd’hui ?

Voici les questions auxquelles l’article tente d’apporter des éléments de réponse, au travers de 4 scénarios possibles.

scénario 1 – L’évolution humaine est terminée

Le premier argument allant dans le sens d’une évolution humaine “morte”, nous vient de Ian Tattersall, anthropologue au Musée d’Histoire Naturelle de New York. Il explique que le mécanisme d’évolution tel que nous le connaissons implique des populations isolées et restreintes en nombre. En effet, les mutations génétiques, pour qu’elles se transmettent de génération en génération et finissent par représenter la norme, doivent avoir lieu au sein d’une population dans laquelle elles ont le plus de chance de retrouver face à elles-mêmes et avec le moins de concurrence possible. Pour Tattersall, la très grande mobilité humaine et la taille énorme des populations condamnent les mutations à “mourir” en silence en ayant très peu de chance de se reproduire. L’évolution de l’humain appartient donc à son passé, quand il vivait en petits groupes isolés.

Steve Jones, professeur de génétique à l’University College of London, part quant à lui du concept de base de l’évolution darwinienne : c’est le principe de sélection naturelle, ou encore de “la survie du mieux adapté”, qui est le moteur de l’évolution. Dans les sociétés humaines actuelles, cette notion n’a plus sa place, en raison des progrès de la médecine, de la sécurité et de l’hygiène, qui ont pour conséquence que la quasi totalité de la population atteint l’âge de procréer. Tous les gènes sont donc transmis, mêmes les plus faibles, et les gènes forts n’ont donc que peu de chance de dominer.

scénario 2 – Les humains vont continuer à évoluer

De nombreux scientifiques estiment quant à eux que l’évolution ne s’est pas arrêtée, et qu’elle pourrait même s’accélérer.

Une équipe de chercheurs de l’Université de Yale a par exemple montré que les femmes petites et rondes avaient plus d’enfants que la moyenne. Etant donné que leurs gènes vont être transmis à leurs filles, ces dernières auront elles aussi plus d’enfants que la moyenne, et transmettront donc leur gènes à plus d’enfants que ne le feraient des femmes plus grandes et minces. Et ainsi de suite.

Ils prévoient donc qu’à terme, les femmes petites et rondes seront dominantes. Voir l’article complet.

Geoffrey Miller, psychologue en évolution de l’Université de New Mexico, estime que l’évolution est en réalité en train de s’accélérer. Il explique que le phénomène est dû au fait que les possibilités de choisir ses partenaires sont de plus en plus grandes dans nos sociétés. Les caractères tels que l’intelligence ou la réussite sociale vont être déterminants dans ces choix, car ils sont une preuve de la capacité à nourrir et élever une éventuelle progéniture. Il donne aussi comme raison le fait que la société se complexifiant d’un point de vue technologique, la préférence des individus a tendance à se porter sur les traits démontrant une capacité à s’adapter à cet environnement complexe. Plus l’environnement est complexe et plus l’intelligence est un atout pour la réussite sociale et donc le succès auprès d’éventuels partenaires. Il pense donc que l’évolution de l’humain va entraîner une intelligence plus grande de celui-ci.

Il estime d’autre part que les techniques de sélection artificielle vont agir comme un multiplicateur de la transmission des traits favorisés dans nos sociétés. En effet, le choix ne se limite plus au partenaire, mais aussi directement aux “caractéristiques” des embryons, ce qui ne peut que favoriser la transmission des caractères “préférés”.

En plus de ce type de caractère “préféré” (intelligence, capacité d’adaptation, réussite sociale…), un autre mécanisme pourrait selon lui avoir une influence forte sur l’évolution humaine : la prolifération de virus et bactéries. Plus les épidémies seront nombreuses, et plus les gènes favorisant un système immunitaire efficace verront leur importance augmenter. Le résultat serait dont une espèce humaine avec un système immunitaire beaucoup plus fort.

scénario 3 – Les humains vont évoluer de manière “non naturelle”

Nous arrivons ici au coeur du sujet qui nous intéresse : le transhumanisme. La philosophie du transhumanisme est que l’avenir de l’humain réside dans sa capacité à transcender ses limitations biologiques, grâce à la technologie.

Nick Bostrom, directeur de l’Institut du Future de L’Humanité de l’Université d’Oxford, nous dit que l’évolution Darwinienne, bien que toujours active, opère avec une telle lenteur en comparaison avec l’évolution technologique qu’elle peut être considérée comme insignifiante.

Avec une vision transhumaniste, on peut tout imaginer : des êtres humains qui “uploadent” totalement leur esprit sour forme numérique, des Intelligences Artificielles qui deviennent des être à part entière ou qui se fondent à des entités d’origine humaines, ces “êtres” numériques pouvant ensuite se downloader dans des robots selon les besoins, voyager à la vitesse de la lumière, etc.

Avec ce postulat d’entités pensantes numérisées, le principe d’évolution ne perd rien de sa logique, il s’en trouverait même fortement accéléré, puisque le cycle générationnel passerait d’une vingtaine d’années à quelques minutes ou secondes…. je vous laisse imaginer l’explosion démographique d’entités pensantes… les quelques milliards d’humains d’aujourd’hui paraîtraient totalement insignifiants en comparaison du nombre d’entités résultant de ce type d’évolution !

Pour avoir plus d’infos sur le Transhumanisme, voir le site Humanity+ la FAQ écrite par ce même Nick Bostrom.

scénario 4 – de nouvelles possibilités d’évolution dans les colonies extra-terrestres

Selon John Hawks, anthropologue à l’Université de Wisconsin-Madison, des mécanismes d’isolation majeurs seraient nécessaires pour que l’évolution continue (on rejoint ici le scénario 1).

Mais il pense que dans un futur lointain de telles possibilités d’isolation vont se présenter, lorsque l’homme enverra des groupes coloniser d’autres planètes. Ces groupes, forcément très isolés du reste de l’humanité, verront leurs chances de voir apparaître des mutations qui se transmettent et finissent par dominer grandement augmentées.

conclusion

Cet article m’a fait une fois de plus réfléchir sur la notion même d’humain : à partir de quel stade de “modifications” considère-t-on qu’un humain n’en est plus un ? doit-on à tout prix préserver l’humain tel qu’il est aujourd’hui ? qu’en pensez-vous ?

En attendant de pouvoir répondre à ces questions existentielles, je vous propose d’aller sur Pnyx pour donner votre avis sur lequel de ces scénarios serait le plus probable : Quelle évolution pour l’espèce humaine ?

IBM simule de cerveau d’un chat, et estime pourvoir simuler celui d’un humain d’ici 2019

oeil de chat

Une équipe de chercheurs d’IBM a présenté lors de la “SC09″ (Supercomputing Conference 09) des travaux marquant une étape décisive dans la recherche en Intelligence Artificielle.

Ils ont en effet utilisé leur super ordinateur Dawn Blue Gene/P (près de 150000 CPU et 144TB de mémoire) pour “simuler” le cerveau d’un chat, en reproduisant sa structure composée de 1 milliard de neurones et 10 trillions de synapses, à une vitesse toutefois 100 fois moins rapide que celle du cerveau d’un vrai chat.

Une fois ce “cerveau” prêt, les chercheurs lui ont “montré” une image du logo IBM, et ont ensuite analysé les interactions se produisant entre tous ces neurones et synapses, à l’aide d’un algorithme appellé “BluMatter”, avec pour objectif de comprendre ainsi un peu mieux comment fonctionne le cerveau.

C’est en quelque sorte un reverse engineering du cerveau : puisque on ne comprend pas comment il opère, on réplique de manière “brute” avec le plus possible de neurones et connexions, puis on observe ce qu’il se passe et on essaie d’en tirer des conclusions.

Cette simulation de l’équivalent du cerveau d’un chat représente à peu près 4.5% de celui d’un humain. Au vu de l’évolution des performances en matière de puissance de calcul, les ingénieurs d’IBM estiment qu’ils seront capables de simuler le cerveau d’un humain d’ici 2019.

IBM makes supercomputer significantly smarter than cat (ars technica)

IBM: Computing rivaling human brain may be ready by 2019 (CNET news)

La Singularité, évolution exponentielle et fin de l’humain tel que nous le connaissons

Le concept de Singularité trouve son origine dans un article de Vector Vinge datant de 1993, où il écrit :

“Within thirty years, we will have the technological means to create superhuman intelligence. Shortly thereafter, the human era will be ended. [...]

When greater-than-human intelligence drives progress, that progress will be much more rapid. This feedback loop of self-improving intelligence, will cause large amounts of technological progress within a short period of time.”

L’idée est que “des intelligences surhumaines, créées par des humains aux capacités augmentées cybernétiquement ou par d’autres intelligences artificielles moins développées, seraient capables d’améliorer leurs propres capacités plus efficacement que les esprits humains les ayant conçues. Ainsi, une spirale de progrès de plus en plus rapide amènerait à des progrès technologiques très importants en une courte période de temps.” (extrait wikipedia)

C’est cette spirale de progrès qui est la base du concept de Singularité, chaque évolution entraînant la prochaine de manière beaucoup plus rapide.

Le postulat d’une évolution exponentielle est la base du raisonnement de Raymond Kurzweil , qui prédit ainsi un basculement complet de l’évolution dans quelque chose de totalement imprévisible compte tenu du niveau d’intelligence que nous avons aujourd’hui. Il situe ce basculement d’ici une vingtaine d’années, et s’appuie sur une étude approfondie du rythme des évolutions technologiques au cours de l’histoire de l’humanité pour prévoir la proximité de ce grand saut dans l’inconnu.

Voici Ray Kurzweil expliquant sur TED sa théorie d’évolution exponentielle (en anglais) :

Ray Kurzweil mise surtout sur l’évolution des biotechnologies pour permettre à l’homme de s’ “upgrader” et passer au stade suivant d’évolution. A 61 ans, il est d’ailleurs persuadé qu’il est d’ores et déjà immortel, puisqu’il prévoit que l’allongement de la durée de vie va s’accélérer et son rythme de progression devenir supérieur au vieillissement humain moyen (voir à ce sujet la théorie d’Aubrey de Grey).

Bref, je sais que pour la plupart de ceux qui lisent ces lignes, c’est une plongée en plein délire de Science-Fiction, mais ces gens ne sont pas des évadés d’hopitaux psychiatriques, loin de là :

Vector Vinge : professeur d’informatique et de mathématique à l’université de Sian Diego, auteur

Raymond Kurzweil : membre du conseil d’administration du MIT, développeur du premier logiciel de reconnaissance de caractères, et auteur à 15 ans d’un logiciel capable d’assimiler des mélodies puis d’en composer une nouvelle s’en inspirant.

Aubrey de Grey : chercheur en biogérontologie, publiant ses théories dans les grandes publications scientifiques, comme le Technology Review du MIT

Si la Singularité commence à être davantage médiatisée, c’est parce que de plus en plus de gens censés réalisent que de vrais bouleversements sont à venir dans un futur suffisemment proche pour qu’il soit indispensable que nous commencions tous à réfléchir sérieusement à ce que nous voulons faire de notre humanité.

Car finalement, la question est là : qu’est-ce qui définit un être humain ? voulons-nous fixer des limites à notre évolution ? comment ne pas entrer en conflit brutal avec les idéologies religieuses ?

Un article qui relate le dernier congrès annuel de la Singularité, qui s’est tenu à NY le 16 octobre dernier : “Fear the Singularity

Et pour finir un petit sondage histoire de voir si vous prenez la chose au sérieux ou non :

Singularité : la fin de l’humain tel que nous le connaissons, c’est pour quand ?

Le Transhumanisme, une nouvelle tendance ?

starchildVoilà plusieurs mois déjà que j’ai créé mon blog, il n’y a plus qu’à écrire… sauf que voilà, on a beau avoir pleins de bonnes intentions, pleins d’idées à partager, pleins de questions à poser au monde entier, écrire, ce n’est pas si facile. Il faut “s’y mettre” comme on dit, et jusqu’à ce soir je n’y étais pas arrivé.

Finalement, qu’est-ce qui m’a décidé ?

Et bien, je dirais que c’est en quelque sorte la concurrence. Lorsque j’ai eu l’idée de créer ce blog, j’avais l’impression de m’attaquer à un thème peu discuté, et mes lectures de l’époque sur la “Singularité Technologique” (traduction de Singularity) me semblaient être suffisamment nerd-orientées pour me donner la motivation d’en faire une sorte de vulgarisation, bref de réussir à intéresser un public autre que les passionnés de Science Fiction ou de recherche en Intelligence Artificielle.

Et voilà que depuis quelques semaines je n’arrête pas de voir des articles sur des médias plutôt “mainstream” qui traitent du sujet :

Un article dans Le Monde du 10/10/09, Triste ‘posthumanité’, aborde le sujet sous un angle philosophique, pose des questions intéressantes, mais se limite à une vue très pessimiste considérant que l’être humain finira par se réduire à un simple produit de ceux qui l’ont “programmé”. J’y reviendrai plus en détail dans un futur billet, mais pour faire court cet article omet complètement les possibilités de modifications “volontaires” qui seront accessibles du vivant des individus.

Un article dans Forbes du 12/10/09, The Transhumanists Arrive , qui explique les concepts de Singularité en se basant principalement sur les travaux de Kurzweil, qui est en quelques sortes l’évangéliste du mouvement. Le journaliste se focalise dans cet article surtout sur l’évolution des Intelligences Artificielles.

Un article dans le New York Times du 25/09/09,  Looking at the Future of Artificial Intelligence, qui parle brièvement du transhumanisme dans le cadre du Woodstock Film Festival, dont les invités d’honneur seront Kurzweil et Rothblatt.

Et pour finir en beauté une série web sur Canal + (!!!), Kali, dont le blog PresseCitron a fait la publicité dans ce post. Je cite : “La série, haletante et bardée de nanotechnologies, compte 12 web-épisodes de 6 minutes seront distillés au rythme de deux épisodes par semaine, un le lundi et un le jeudi. L’action se déroule à Paris, après un démarrage sur les chapeaux de roue dans l’Eurostar, je ne vous en dis pas plus. La diffusion sur internet sera accompagnée de la mise en ligne d’un site autour de KALI dédié aux nano-technologies et au transhumanisme.”

Bref, le transhumanisme, la singularité, on commence à en parler et je ne veux pas passer à coté de l’occasion de partager avec vous mes réflexions sur ce sujet qui me passionne, au travers de thèmes aussi variés que l’Intelligence Artificielle, les nanotechnologies, les biotechnologies, la robotique, les cyborgs…